Les traitements naturels de l'hyperthyroïdie

La thyroïde est une glande en forme de papillon à la base du cou. Lorsqu’elle se dérègle, elle provoque Irritabilité, anxiété, perte de poids, palpitations dans le cas d’une hyperthyroïdie. Cette maladie est traitée de manière conventionnelle grâce à des traitements lourds qui ne sont pas sans effets secondaires. Or une prise en charge plus naturelle est possible, en accord avec votre médecin. Voyons quels sont les traitements naturels de l’hyperthyroïdie.

L’hyperthyroïdie, qu’est-ce que c’est ?

La thyroïde est une glande située à la base du cou et produisant deux hormones : la T3 triiodothyronine et la T4 thyroxine grâce à un acide aminé : la L-Tyrosine et de l’iode apportés par l’alimentation.

L’activation ou le retro-contrôle de la thyroïde se fait grâce à une hormone la TSH (thyréostimuline) produite par l’axe hypothalamo-hypophysaire.

La T3 est la forme active des hormones thyroïdiennes, elle est issue de la transformation de la T4 en présence de sélénium.

Lorsque les T3 et T4 sont en trop grande quantité dans le sang, elles inhibent la production de TSH qui stoppe la stimulation de la thyroïde. Lorsque la quantité de T3 baisse, l’axe hypothalamo-hypophysaire sécrète la TSH qui va à son tour stimuler la thyroïde pour la production de T4 et T3.

Lorsque les analyses biologiques montrent un taux de TSH bas avec un taux de T3 et T4 élevé, on parle d’hyperthyroïdie.

Les symptômes d’une hyperthyroïdie

Les hormones thyroïdiennes interviennent dans la régulation du métabolisme et dans la production d’énergie.

Une hyperthyroïdie est le signe d’un métabolisme qui s’emballe, tout fonctionne trop vite et s’enflamme.

Les symptômes les plus fréquents sont les suivants : des palpitations cardiaques, des tremblements, une perte de poids alors que l’appétit ne change pas, une irritabilité, des insomnies, de la diarrhée, de la fatigue, une intolérance à la chaleur, une sudation excessive, des changements dans le cycle menstruel.

Le foie intervient aussi dans le stockage des hormones hypophysaires et thyroïdiennes, et agit en partie sur leur métabolisme. Le rein, lui, doit assurer l’élimination des déchets hormonaux.

Ainsi, l’hyperthyroïdie nécessite une prise en charge globale pour rétablir l’équilibre.

Les causes de l’hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie peut revêtir plusieurs formes : la maladie de Basedow, un adénome toxique, un goitre multinodulaire, une hyperthyroïdie induite par l’iode, une thyroïdite passagère.

La maladie de Basedow, maladie auto-immune, dans laquelle le corps produit des anticorps anti-récepteurs de TSH, est la cause la plus courante de l’hyperthyroïdie. Dans l’accompagnement thérapeutique, il conviendra alors de tenir compte du caractère auto-immun de l’hyperthyroïdie.

Les causes d’une hyperthyroïdie sont multifactorielles : le stress génère l’affaiblissement du système immunitaire, un déséquilibre en oligo-éléments et vitamines, le tabagisme, des conflits psycho-affectifs, une insuffisance hépatique ou rénale, des intoxications aux métaux lourds, à certains médicaments, des allergies.

Quelles sont les solutions naturelles ?

Adapter son alimentation en priorité

On privilégiera :

  • les légumes frais et qualitatifs remplis d’anti-oxydants, de vitamines et de cofacteurs, anti-inflammatoires,
  • les fruits de saison
  • les crucifères : choux, navet, moutarde fraiche… qui bloquent la fixation de l’iode et ont donc la propriété de ralentir la thyroïde
  • les céréales sans gluten : sarrasin, quinoa, riz, millet, surtout en cas de maladie de Basedow
  • Les Omega-3 anti-inflammatoires : petits poissons comme la sardine, le maquereau, le hareng, l’anchois et les huiles de colza, de noix, de lin, de cameline, de chanvre.

On évitera :

  •  les laitages et leurs dérivés très pro-inflammatoires : yaourts, lait, crèmes, glaces, fromages, …
  • les préparations à base de blé qui renferme du gluten : inflammatoire de la paroi intestinale
    – les plats préparés, les aliments raffinés,
    – le sel iodé, et les algues riches en iode
  • le café, le thé noir, l’alcool, excitants du métabolisme.
alimentation santé

La mycothérapie pour lutter contre l’inflammation

De nombreuses études menées en Espagne, au Japon, en Chine, aux Etats-Unis, montrent que les champignons médicinaux sont capables d’offrir une protection contre de nombreuses maladies et affections, sans présenter de toxicité et d’effets secondaires, ni même d’interactions médicamenteuses.

Grâce à leur richesse en B-glucanes, ces sucres complexes, ils agissent comme adaptogènes, immuno-modulateurs et rééquilibrent le terrain.

Dans le cas de l’hyperthyroïdie, le Reishi ou Ganoderma Lucidum a une action anti-inflammatoire puissante, joue sur l’anxiété et l’irritabilité, facilite le sommeil, augmente l’énergie, et réduit les maux périphériques.
La posologie sera adaptée à la personne par la naturopathe.

Combler les carences avec la micronutrition

La L-carnitine inhibe la pénétration de la T3 et de la T4 à l’intérieur de la cellule et réduit ainsi les symptômes liés à l’hyperthyroïdie. Et des études montrent que l’hyperthyroïdie entraine une diminution de la L-carnitine au niveau musculaire, provoquant ainsi de la faiblesse musculaire et des douleurs. Ainsi une supplémentation de L-carnitine de 2 à 4g/jour peut être envisagée dans certains cas.

Le Co-Q10, puissant anti-oxydant, diminue en cas d’hyperthyroïdie, alors que celle-ci engendre un stress oxydatif important pour le corps. Un supplémentation en Co-Q10 peut alors s’avérer nécessaire.

Des plantes pour rééquilibrer la thyroïde

Le lycope est certainement la plante la plus efficace pour juguler une hyperthyroïdie car elle bloque la production d’hormone thyroïdienne T4. Elle peut ainsi remplacer un traitement médical mal toléré, sous suivi médical.

L’aubépine, en infusion ou en teinture mère, calme les palpitations, la tachycardie ou le coeur qui s’emballe. Elle est aussi efficace en cas de sensation d’oppression de la cage thoracique.

L’ortie aide au métabolisme du calcium et est donc une plante de choix dans le traitement naturel de l’hyperthyroïdie.

 

viorne
lycope

Les bourgeons de cornouiller sanguin et de viorne sont particulièrement indiqués dans la maladie de Basedow. On peut leur associer le tilleul pour ses vertus sédatives et l’aubépine pour ses propriétés cardio-régulatrices.

La cannelle de Chine, le gingembre et le ginseng  régulent naturellement la thyroïde. Ne vous privez pas d’en rajouter à vos plats.

Des plantes toujours, pour calmer son stress et son anxiété

Une infusion de mélisse le soir apaise et prépare au sommeil et a une action légère sur l’hyperthyroïdie. La passiflore sera employée pour calmer l’anxiété.

Les huiles essentielles de Ravintsara ou de Petit Grain Bigarade : 1 goutte sur les poignets et sur le plexus solaire ou inspirer au flacon, aident à calmer le stress. Les huiles essentielles d’agrumes ou l’huile essentielle de la Marjolaine à coquilles ont également ces propriétés.

Les plantes adaptogènes telle que la rhodiola, l’astragale, le schisandra, l’éleuthérocoque sont de merveilleuses plantes adaptogènes qui seront choisies en fonction de chacun pour accompagner une meilleure gestion du stress.

N’oublions pas l’activité physique comme le yoga ou la marche, et les techniques comme la sophrologie, la méditation ou la cohérence cardiaque pour calmer le stress.

En conclusion ...

L’hyperthyroïdie, beaucoup moins commune que l’hypothyroïdie, affecte 1 à 2 % de la population avec une large prédominance chez le sexe féminin (8 femmes pour 1 homme). Cet article montre qu’il existe de nombreuses solutions naturelles pour prendre en charge cette maladie et le naturopathe est là pour adapter le choix thérapeutique à votre terrain, en complémentarité avec votre médecin.

Laisser un commentaire

5 × 3 =