5 solutions naturelles pour se débarrasser de l’allergie au pollen

92 % des cas d’allergies en France sont de type rhinite allergique et constituent un véritable problème de santé publique. Quelles solutions la naturopathie peut-elle apporter ?

Qu'est-ce-qu’une allergie saisonnière ?

Appelées rhume des foins, pollinose, ou rhinite allergique, les allergies saisonnières regroupent des symptômes variés : difficulté à respirer, nez bouché, nez qui coule ou qui gratte, yeux larmoyants, paupières gonflées, éruptions cutanées, démangeaisons …

Ces symptômes surviennent généralement de mars à octobre et sont provoqués par les pollens d’arbres au début du printemps, ceux des graminées en été, ceux des herbacées à l’automne. De plus en plus, on constate que la saisonnalité disparaît et qu’aparaissent des allergies croisées : allergie au pollen et aux poils de chat par exemple, ou allergie au pollen et aux amandes, ou d’autres aliments, aux acariens, …

Notre corps, constitué de 10 fois plus de micro-organismes tels les bactéries et les virus, que de cellules dispose d’un système très efficace pour différencier ce qui est biologiquement compatible avec nous de ce qui ne l’est pas et qui provient de notre environnement : c’est le système immunitaire.

Dans le cas d’allergie, ce système immunitaire est défaillant : il réagit contre des substances étrangères (allergènes) normalement inoffensives comme les pollens.

rhume-des-foins

Pourquoi les allergies augmentent-elles de 5 % par an ?

Comme nous l’avons vu, l’allergie est un problème du système immunitaire qui a perdu sa tolérance et réagit de manière exagérée. Et l’article « Allergies, et si tout commençait dans l’intestin ? », montre que le dérèglement du système immunitaire provient d’un dérèglement du microbiote (ensemble des bactéries et mico-organismes) intestinal et d’une porosité de la paroi de l’intestin.

Même si pendant longtemps, le trop d’hygiène était mis en avant dans l’émergence des allergies chez les enfants, il apparaît maintenant que notre environnement et nos modes de vie sont plus en cause : mal bouffe, pesticides, conservateurs, nanoparticules, perturbateurs endocriniens dans notre alimentation, nos cosmétiques, nos produits d’hygiène, nos médicaments… pollution de l’air, de l’eau, stress, anxiété, peur …. Tout cela s’accumule et met à mal notre système immunitaire.

Les allergies augmentent à cause de nos modes de vie.

Quelles solutions naturelles ?

1/ Limiter la pollution physique et mentale

La première des choses à faire est de limiter les sources de perturbation de notre système immunitaire : pollution de l’eau, de l’air, produits chimiques dans l’alimentation, dans les produits d’entretien et d’hygiène, dans les cosmétiques, auto-médication et emploi important de médicaments, prendre des temps de pause et limiter son stress, s’éloigner des sources d’anxiété et de peur, faire de l’exercice physique et décrocher du mental.

2/ Réparer sa paroi intestinale et son microbiote 

Grâce à une alimentation adaptée, il est possible de réparer la paroi de l’intestin et éviter ainsi que des molécules passent dans le sang alors qu’elles ne le devraient pas. La L-glutamine permet de renforcer cette réparation car cet acide aminé intervient directement dans la constitution des cellules de la muqueuse intestinale. Il y a également d’autres substance naturelles qui aident à la réparation de l’hyperperméabilité membranaire : le macérat de bourgeons de noyer, le curcuma, la chlorophylle, l’argile, entre autres.

Le rééquilibrage du microbiote se fait par l’apport de probiotiques dont le choix des souches est adapté à la problématique de l’allergie. Mais aussi par l’alimentation qui apporte prébiotiques et probiotiques : légumes biologiques, lactofermentations, kéfir, kombucha, …

salade composée

3/ Eliminer du corps le surplus de toxines

Afin de faciliter cette élimination, plusieurs plantes sont à notre disposition pour stimuler les organes d’élimination comme les reins ou la peau, et soutenir la détoxification par le foie. Le pissenlit, l’artichaut, le desmodium, la bardane, mais aussi le frêne, l’aubier de tilleul, la queue de cerise, …sont à adapter en fonction du terrain.

sante-footing

4/ Moduler le système immunitaire avec la micronutrition

La vitamine D a une action prépondérante dans le bon fonctionnement du système immunitaire. Même si elle est synthétisée grâce au soleil au niveau de la peau, il est recommandé de se supplémenter au moins en période hivernale, voire toute l’année après 50 ans.

Le Zinc, que l’on peut prendre sous forme de bisglycinate de zinc, a une action sur la modulation du système immunitaire et sur la prévention des réactions allergiques en tant que modificateur de terrain. Il est un excellent antihistaminique, l’histamine étant la principale substance sécrétée lors des allergies.

Le Manganèse permet de renforcer les muqueuses et inhibe la libération d’histamine. Il est intéressant dans un traitement de fond pour faire évoluer un terrain atopique.

Le Magnésium participe à 300 réactions biologiques et intervient dans la gestion du stress. Nous sommes souvent en carence de cet élément alors qu’il intervient lui-aussi au niveau du bon fonctionnement du système immunitaire.

La vitamine C est un puissant anti-oxydant qui est souvent en carence chez les personnes allergiques.

La Quercétine, que l’on trouve dans l’oignon mais aussi dans d’autres fruits et légumes, est très indiquée dans l’allergie car elle module la réaction immunitaire, limite les éternuements, les démangeaisons ou les oedèmes. C’est un flavonoïde qui agit comme antihistaminique

Pensons aussi aux anti-inflammatoires naturels tels le curcuma et les Omega-3 des petits poissons.

L’œuf de caille est utilisé depuis l’Antiquité contre tout type d’allergies. Il est riche en protéines, en vitamines dont les B1 et B2, en minéraux dont le phosphore et le fer. Il contient surtout des ovomucoïdes glycoprotéines en quantité exceptionnelle qui permet d’agir sur une des molécules responsable des réactions allergiques : la trypsine.

Une association Œufs de Cailles/Quercétine/zinc/Manganèse/Curcuma se trouve dans un produit des laboratoires COPMED sous le nom d’Œufs de Caille synergisés. Ce complément est particulièrement intéressant sous forme de cures avant la saison des pollens.

5/ Réduire les symptômes avec les huiles essentielles et les plantes

Plusieurs huiles essentielles comme l’estragon, la camomille noble, la camomille matricaire, le katafray ont des propriétés antihistaminiques, anti-allergiques, anti-inflammatoires. On les utilisera pour limiter les symptômes de la crise en mettant 1 goutte sur les poignets et en inhalant, ou en ingérant 1 goutte dans 1 cuillère à café d’huile d’olive, ponctuellement.

Une simple infusion d’ortie améliore les symptômes de la rhinite allergique et de la conjonctivite, et une infusion de romarin s’oppose au processus inflammatoire de l’allergie. Voir « 4 plantes à cueillir pour venir à bout du rhume des foins ».

Le plantain est un autre antihistaminique du monde des plantes, très efficace et présent partout dans nos campagne.

N’oublions pas le cassis et l’astragale, merveilleuses plantes qui soutiennent le système immunitaire.

Ainsi que les champignons : Agaricus Blazei qui régule le système immunitaire, le Reishi, puissant anti-inflammatoire et anti-oxydant naturel, et le Maitaké avec ses effets immunorégulateur des allergies.

Plantain-lanceole

Pour conclure ...

Nous disposons de nombreuses solutions naturelles pour rééquilibrer l’organisme qui présente des symptômes d’allergies et adapter les solutions à votre terrain.

Si vous souhaitez faire le point avec moi

Laisser un commentaire

huit − cinq =